Rapport de stage

Rappel du calendrier : en Licence 2, vous effectuez un stage de 2 à 3 mois et en Licence 3, de 3 à 4 mois, entre le 13 mai et le 30 aôut 2024.

  • En L2 SPo et L.AS, le stage a lieu en France ou à l'étranger (2 à 3 mois). Il peut être remplacé par un mémoire de recherche.

  • En L2 SPI, Summer program in a foreign country or internship abroad (2 to 3 months) ou suivre le cours de culture générale. Le stage s’effectue obligatoirement à l'étranger en filière sélective, sauf cas dérogatoires (à voir avec le responsable de la formation) et situation particulière. 

  • En L3 SPo et L.AS, stage de 3 à 4 mois ou mémoire de fin d’études. Le stage peut se dérouler en France ou à l'étranger. 

  • En L3 SPI, internship abroad (3 to 4 months) ou mémoire de fin d’études. Le stage s’effectue obligatoirement à l'étranger en filière sélective, sauf cas dérogatoires (à voir avec le responsable de la formation) et situation particulière. 

Le stage donne lieu à la production d'un rapport de stage. En licence, il n'y a pas de soutenance orale. Le rapport de stage doit être envoyé par mail, au plus tard le 3 septembre 2024, aux adresses suivantes : fabien.carrie@u-pec.fr et  fabrice.hamelin@u-pec.fr

1. La recherche, la validation du stage et la réalisation de la convention de stage   

    1. La recherche de stage

Il appartient aux étudiant(e)s de rechercher un stage en combinant, par exemple, recherche personnelle et veille sur les offres transmises par un réseau d’étudiants et/ou anciens élèves (@Les Politistes de Créteil), par exemple, ou encore les réseaux sociaux (LinkedIn). Ils peuvent également s’appuyer sur les listes de stages effectués en licence SPo/SPI depuis 2015 et figurant sur EPREL.  

Les critères essentiels de validation du stage sont la qualité de la structure d'accueil, la nature des missions proposées au regard des finalités de la formation et la durée prévue. 

A titre de rappel, les objectifs de la licence de Science Politique/Science Politique à l'International sont de former des étudiants polyvalents, ayant renforcé leurs capacités d'analyse et de problématisation et acquis des compétences qui leur permettent de travailler dans les secteurs d'activités liés à la vie politique, à l'action publique et aux mondes associatifs et syndical.

Les trois principales cibles professionnelles d'une formation en Science Politique (Licence + Master) sont (1) de former aux professions attachées aux affaires publiques (métiers du politique, administration publique, secteur non concurrentiel associatif, entreprises privées partenaires des organismes publics) ; (2) de préparer une insertion dans la fonction publique (par la voie des concours notamment) territoriale, nationale et internationale ; (3) d'initier à la compréhension et à la pratique concrète de la recherche en science politique (professions exigeant le doctorat).

Les métiers auxquels postuleront les diplômés se situent donc dans le domaine des études, du conseil et de la communication, dans les administrations de l'Etat et des collectivités territoriales ainsi que dans des postes opérationnels auprès des élus et des exécutifs gouvernementaux ainsi que dans les emplois du secteur associatif.

    1. Point Sécurité (stage à l’international)

Pour des raisons de responsabilité et de sécurité, l’Ecole internationale d’études politiques ne permet de valider aucun stage situé dans un pays ou une région placée en « zone rouge » par le ministère des Affaires étrangères et européennes français. Aucune exception à cette règle n’est possible.

Les stages en zone orange sont autorisés de manière très exceptionnelle, uniquement s’ils respectent au moins les conditions suivantes (conditions nécessaires mais non suffisantes) :

  • Etre accueilli.e dans une ONG française ou internationale ou une OI reconnue ;
  • présence permanente de la.du responsable direct de la.du stagiaire au côté de celle.celui-ci ;
  • La.le stagiaire ne doit pas être la.le seul.e expatrié.e sur le lieu de la mission ;
  • inclusion de la.du stagiaire dans un plan d’évacuation identique à celui des autres expatrié.e.s ;
  • assurance rapatriement prise en charge par l’organisme.

Il est nécessaire de tenir compte de ces obligations pour ne pas subir de déception au moment de la validation des stages.

En période de crise sanitaire des restrictions plus importantes peuvent être mises en place. Les responsables des formations et les services administratifs de l’IEP partageront les éventuelles directives spécifiques produites par l’Université. De même, il faudra tenir compte des mesures sanitaires propres aux structures d'accueil.

    1. La validation du stage

Après avoir reçu une offre ferme de la part d’un organisme d’accueil, la validation du stage demande d’envoyer un courriel de demande de validation pédagogique du stage (fabien.carrie@u-pec.fr) avec les informations suivantes : nom de la structure, dates de stage, missions, pays / ville, nom de la/du responsable dans la structure d’accueil et ses coordonnées et une présentation des missions en 4 ou 5 lignes.

Pour les départs à l’étranger, après validation pédagogique, il vous faut :

      1. Remplir la demande d’autorisation sur la plateforme Moveon https://www.u-pec.fr/fr/etudiant-e/partir-a-l-etranger , cliquez sur Accéder au portail
      2. Écrire un courriel à Mme Thoron (assesseure RI de l’IEP) pour informer de la saisie du formulaire sur Move On avec les précisions sur la durée, la structure et le lieu de stage.

    1. La réalisation de la convention de stage

Une fois la validation pédagogique obtenue (+ celle de la DRI si besoin), il faut se rendre sur la plateforme Pstage et remplir l’ensemble des éléments pour obtenir votre convention https://pstage3.u-pec.fr/ (cf. la note de présentation de P Stage)

La convention de stage est remplie directement par l’étudiant via la plateforme PStage et conformément aux notices déposées sur EPREL. https://www.u-pec.fr/fr/etudiant-e/stages-emplois/gerer-vos-conventions-de-stage-en-ligne-avec-pstage

Le responsable de la formation opère la validation pédagogique de la convention. L’étudiant.e doit ensuite signer la convention en version pdf, puis la faire signer par la structure, le responsable de la licence et M. Palau pour la direction de l’IEP.

2. L'objet du stage

Le stage de licence est principalement un stage d’observation participante. Le stage a pour but principal l’apprentissage de l’intégration à la fois personnelle et professionnelle. L’une et l’autre peuvent être assurées au moyen de la participation active du stagiaire au fonctionnement de la structure d’accueil, d’un commun accord avec le tuteur et le maître de stage. NB. le stagiaire n’a pas vocation à occuper un emploi existant ou permanent.

3. L'objet du rapport de stage

3.1. Il s'agit de rendre compte d'un stage effectué dans un organisme public ou privé dont les activités sont en lien avec le contenu de la formation dispensée dans le parcours de la licence de science politique.

3.2. Le rapport de stage doit comporter une vraie valeur ajoutée. Cela signifie que ce rapport restitue une analyse propre au stagiaire. La majeure partie (au moins 80%) du rapport doit donc contenir des informations de première main (non disponibles sous cette forme ou non publiées) se rapportant au stage et à la structure d’accueil. Cela signifie que le stagiaire a lui-même intégralement rédigé le rapport (hors citations ou documents annexés).

Ce document a aussi vocation à être utile à la structure d'accueil, même s'il ne reprend qu'une partie des travaux réalisés à l'occasion du stage. 

NB. Le plagiat, y compris sur Internet, est un délit pénal. Il est passible de sanctions disciplinaires (le retrait de diplôme par exemple). Il est par ailleurs devenu facilement détectable au moyen de logiciels appropriés.

3.3. Il s'agit donc de bien présenter l'organisation et les activités de la structure d'accueil, suivie d'une description des tâches ou missions réalisées, en montrant comment vos savoirs et savoir-faire ont été mobilisés. 

Il s'agit aussi d'essayer de tisser astucieusement un lien entre le général (la compréhension et l'étude de l'action publique, des faits politiques,...) et le particulier (votre propre stage), à partir d'une analyse personnelle et documentée. 

Pour résumer, le rapport de stage devra en particulier présenter :

    • La structure d'accueil (entreprise, association, administration) : bref, historique, implantation, effectifs, activités, produits, chiffre d’affaires, budget…
    • Le service ou le bureau dans lequel vous avez été intégré et la façon dont il est articulé à l’ensemble (organigramme global, fiches de poste, mission particulières…).
    • La description des tâches réalisées ou de l’activité. La réalisation d'un « journal de stage » peut être utile. Il ne figurera cependant, le cas échéant, qu’en annexe. Il pourra faire état de l'emploi du temps et aussi des personnes rencontrées (description sommaire de leurs responsabilités, des réunions de travail,...). Cela en fonction du stage.

4. La forme du rapport de stage

4.1. Il comporte, en dehors des annexes et de la bibliographie, environ 50 000 signes (espaces compris, soit environ 6000 mots). 

4.2. Sur le plan formel, le rapport doit obligatoirement comporter :

• Une page de garde [voir le modèle en annexe]

• Une page de remerciements

  • Un résumé (soit en première page soit en « quatrième de couverture »). Le résumé ne dépasse pas de 1000 signes (espace compris, soit environ 150 mots). Il est accompagné  de 5 mots clefs traduisant le mieux les thèmes abordés.

• Une table des sigles. Si vous utilisez abondamment des sigles dans votre mémoire, donnez-en ici la signification.

• Un Sommaire, qui, comme son nom l’indique, présente sommairement sous forme de plan et sur une seule page, les parties principales de votre rapport avec leur numéro de page (ex : introduction parties, chapitres, conclusion, annexes, bibliographie). Il n'y a pas de plan type. Mais il doit être clair et lisible. Il faut qu'en examinant le sommaire, le lecteur comprenne le déroulement de votre rapport, l'enchaînement des idées, et repère sans ambiguïté les passages qui traitent des questions qui l'intéressent plus particulièrement.

• Une Introduction

Laquelle commence systématiquement en nouvelle page recto (document présenté en recto/verso).

•  Le Développement

Il est organisé selon une présentation hiérarchique systématique :

1ère Partie : Titre de la partie

I/ Titre du chapitre

A) Titre de la section

B) Titre de la section

C) etc.

II/ Titre du chapitre

A) Titre de la section

etc.

2ème Partie : Titre de la partie

I/ Titre du chapitre

A) Titre de la section

etc.

3ème Partie / Conclusion

Chaque nouvelle partie commence systématiquement en nouvelle page recto (dans le cas d’un document présenté en recto/verso).

• Une Conclusion

• Une Bibliographie (ou une  liste des sources utilisées)

Constituer une  bibliographie n’est pas un exercice facile. Vous devez y mentionnez tous les documents effectivement utilisés, classés (sauf indication contraire ci-dessous mentionnée) par ordre alphabétique du nom des auteurs.

Les règles de présentation ci-dessous sont à suivre scrupuleusement (y compris les gras et italiques). Lorsque qu’un auteur a plusieurs références publiées la même année, lettrez les années (ex : 2002a, 2002b…) : n’oubliez pas dans ce cas de mentionner, dans vos notes de renvoi bibliographique, l’année avec sa lettre.

→ Pour les livres publiés :

NOM Prénom (année), Titre de l’ouvrage, coll. « nom de la collection », Éditeur, Pays, Numéro d’édition (date de première édition), nombre de pages.

→ Lorsqu’il s’agit d’un ouvrage collectif :

NOM Prénom (année) (sous la dir. de), Titre de l’ouvrage, coll. « nom de la collection », Éditeur, Pays, Numéro d’édition (date de première édition), nombre de pages.

→ Pour les articles publiés :

NOM Prénom (année), « Titre de l’article », in Nom de la revue, Vol. n°, Éditeur, Pays, (pp. XX-XY).

→ Lorsqu’il s’agit de sources non publiées (rapport d’activités, études internes, rapports internes, etc.) et si la référence est anonyme :

Titre du document (anonyme), type de document, institution, date, nombre de pages.

La présentation se fait par ordre alphabétique des titres des documents

Si la référence est nominative :

NOM Prénom (année), Titre du document, type de document, institution, nombre de pages.

La présentation se fait par ordre alphabétique du nom de(s) l’auteur(s).

→ Lorsqu’il s’agit de références Internet :

NOM Prénom (année), Titre, Organisme éditeur, consulté le …, <URL de la page>

• Des Annexes (le cas échéant)

Sont placés en annexe des documents qui vous semblent être un complément d’informations importants pour l’aide à la compréhension de votre réflexion et de votre activité

  Les polices de caractère

• pour le corps du texte : privilégiez un caractère confortable de lecture (polices avec empattement de type Times, Garamond, Cochin, Didot, etc), en corps 12, espacement 1,5 lignes avec des marges d’au moins 2,5 cm, alignement justifié.

• pour les titres et sous-titres : toute police est recevable, soyez simplement cohérent avec la hiérarchie des sous parties qu’ils présentent, en termes de taille de caractère et d’aspect visuel général.

• pour les citations d’interviews : privilégiez la forme italique entre guillemets « … ».

  La pagination

Tout l'ouvrage doit être paginé en continu, y compris les tables et les annexes.

N’oubliez pas...

Chaque partie et chapitre doit faire l’objet d’une (courte) introduction et conclusion. Pour assurer une lecture  fluide, veillez à rédiger des phrases ou paragraphes de liaison.

  1. Vos parties doivent être proportionnées. Si elles ne le sont pas, interrogez-vous sur la pertinence de votre plan.
  2. Apportez une extrême attention aux titres des rubriques (partie, chapitre, sections …). Ils ne doivent comporter aucune ambigüité.
  3. Toute citation doit être scrupuleusement fidèle, figurer entre guillemets et être accompagnée de l'indication de son origine, dans le corps du texte ou par note en bas de page.
  4. Pensez constamment que vous écrivez pour le lecteur.
  5. Le style, l'orthographe et la ponctuation doivent évidemment être sans reproche.
  

5. Les modalités d'évaluation du stage

Chaque stage fait l'objet d'une évaluation permettant l'attribution d'ECTS. La note de stage est attribuée par le maître de stage (ici, le responsable de la formation).

6. Conseils pratiques

Dans le cadre de ce travail, vos interlocuteurs principaux sont votre tuteur et votre maître de stage. Un dialogue régulier peut être entretenu avec votre maître de stage, principalement par mail.

Sur votre lieu de mission, un tuteur vous encadre. Il est désigné lors de la conclusion de votre convention de stage. Il est responsable de votre intégration au sein de l’organisation qui vous accueille et doit encadrer votre activité. Vous devrez le contacter ou le rencontrer aussi souvent que possible pour faire le point du déroulement de votre stage et de l’avancée de votre travail.